Consistance dans les soins anesthésiques

Rédacteur — Simini et Bertolini illustrent un dilemme majeur dans la pratique de l’anesthésie moderne dans leurs deux scénarios — d’une part, un patient, un anesthésiste et, d’autre part, un patient, deux anesthésistes (une visite, un anesthésie) .1 Les anesthésistes préfèrent le premier scénario. Dans une étude antérieure, Simini a demandé à 165 patients s’ils seraient moins anxieux si le même anesthésiste visité et anesthésié eux; 122 (74%) ont indiqué qu’ils seraient moins anxieux et 102 (84%) ont pris ce soin pour acquis.2 Cependant, interroger personnellement les patients pourrait induire un biais. Nos résultats non publiés ont utilisé un questionnaire anonyme pour interroger 540 patients: 409 (76%) fortement favorisé le premier scénario. Notre département a estimé que ce scénario n’était pas pratique à mettre en œuvre pour tous les patients. Compte tenu des préférences des patients, nous commençons nos visites préopératoires en soulignant les conséquences positives du second scénario, une évaluation préopératoire standardisée permettant à tout anesthésiste d’en prendre soin de manière fiable. Dans la pratique clinique actuelle, le nombre d’anesthésistes participant à un même cas pourrait être pair. plus haute; Dans notre institution, un patient peut rencontrer un troisième anesthésiste tout en sortant de l’anesthésie et un quatrième pour les soins de la douleur aiguë. De tels soins anesthésiques segmentés ne sont pas intrinsèquement mauvais histamine. La satisfaction des patients postopératoires sur une échelle de Likert en cinq points était similaire chez les patients subissant le second scénario (moyenne 4,2 (écart type 0,7), n = 112) par rapport aux patients après le premier scénario (4,2 (0,7), n = 349). conscients des contraintes structurelles d’un hôpital et des avantages des procédures de transfert d’un anesthésiste à un autre, les évaluations préopératoires ne seront plus, comme le disent Simini et Bertolini, effectuées par le mauvais anesthésiste.1