Un guide pour la dernière offre visant à légaliser l’aide à mourir

Une loi visant à permettre aux médecins de mettre fin à la vie des patients en phase terminale devrait être examinée par le parlement de la Nouvelle-Galles du Sud cette année.

Le projet de loi sur la mort assistée volontaire de 2017 appelle les patients à pouvoir demander à un médecin de les aider à mettre fin à leur vie.

Si elle est adoptée, la loi s’appliquera aux personnes de plus de 25 ans qui devraient mourir dans les 12 mois et qui éprouvent «une douleur extrême, une souffrance ou une incapacité physique».

Les médecins prescrivent ou préparent une substance injectable autorisée pour le patient.

Le projet de loi suggère que les médicaments pourraient être auto-administrés par le patient.

En variante, si le patient est physiquement incapable de s’auto-administrer, le médecin assistant peut lui-même administrer la substance ou la donner «à toute autre personne pour l’administration au patient».

La décision de prescrire l’injection létale devrait être signée par deux médecins, qui ne doivent pas être étroitement associés au patient.

Le patient doit également être évalué par un psychiatre ou un psychologue indépendant afin de s’assurer qu’il est sain d’esprit et capable de donner son consentement.

Le projet de loi stipule que le patient peut annuler une demande d’assistance « à tout moment et de toute manière ».

D’autres mesures de protection comprennent une période de réflexion de 48 heures et le droit pour les parents proches de contester l’admissibilité des patients devant la Cour suprême.

Le projet de loi, qui devrait être soumis au parlement NSW en août, sera soumis à un vote de conscience.

Le modèle d’euthanasie volontaire proposé est le résultat de deux années de travail d’un groupe de travail parlementaire multipartite.

Le NSW Bill arrive quelques mois après qu’un projet de loi volontaire sur l’euthanasie a été défait au Parlement australien du sud par un seul vote.

Le parlement victorien se prépare à examiner sa propre législation dans la seconde moitié de l’année.