Les suppléments à base de plantes ne soulagent pas les bouffées de chaleur ménopausées

L’actée à grappes noires seule ou combinée avec d’autres agents botaniques ne semble pas soulager les symptômes vasomoteurs de la ménopause mieux que le placebo. Un essai de cinq bras a été réalisé sur 351 femmes âgées de 45 à 55 ans qui avaient au moins deux symptômes vasomoteurs chaque jour au départ lactation. Les femmes ont été randomisées pour recevoir l’actée à grappes noires; un cohosh noir contenant de l’actée à grappes noires et neuf autres herbes; le multibotanical avec des conseils diététiques sur la consommation de soja; oestrogène avec ou sans progestérone; ou un placebo.

Aucune intervention à base de plantes n’a été meilleure que le placebo pour soulager les symptômes de la ménopause à trois, six ou 12 mois de suivi, tandis que le traitement hormonal, comparé au placebo, a réduit les symptômes par une moyenne de quatre symptômes chaque jour. Les femmes qui prenaient un placebo ont rapporté autant d’effets indésirables, tels que des nausées et des vomissements ou des maux de tête, que les femmes qui prenaient des médicaments à base de plantes. Les femmes qui prenaient des hormones ont signalé plus de douleurs mammaires et de troubles menstruels.

Les résultats des femmes randomisées à un régime riche en soja doivent être interprétés avec prudence, dit l’éditorial lié. On a conseillé à ces femmes de manger au moins deux portions de soja par jour, mais elles ne consommaient en moyenne que 1,1 portion par jour. L’essai n’a donc pas permis de déterminer avec certitude si une consommation accrue de soja améliore les symptômes vasomoteurs chez les femmes ménopausées.

Plus de 150 000 femmes ont été invitées à participer mais seulement 351 ont participé au procès. Ces femmes peuvent avoir eu des symptômes plus fréquents ou sévères que la population générale de femmes entrant dans la ménopause. La générisabilité des résultats peut donc être limitée.